Les thermes de pierre, bains nés de la montagne.

Les thermes de pierre se situent en Suisse dans le village de Vals. Crée entre 1993 et 1996 par l’architecte suisse Peter Zumthor, le bâtiment se place au centre d’un complexe hôtelier de cinq bâtiments. Après avoir racheté le complexe hôtelier en 1986, la commune de Vals souhaite attirer une nouvelle clientèle. Elle décide alors de faire construire des thermes au cœur du domaine, là ou jaillit la source.

La commission impose à l’architecture une contrainte majeure : la silhouette du bâtiment ne doit pas obstruer la vue des hôtels environnants, sur les montagnes suisses. Peter Zumthor immerge alors les thermes dans la falaise, à moitié enterrées. Son toit plat de pelouse fini de les fondre au paysage. La seule façade du bâtiment se compose de plusieurs ouvertures, terrasses ou fenêtres, plaçant les baigneurs au cœur d’une nature prégnante.

L’architecture est faite de pierres cristallines de la carrière voisine. La pierre de gneiss est utilisée en strates de plaques fines pour les murs intérieurs et extérieurs, le toit, le sol. Composé de quinze modules aux formes différentes qui s’agencent tel un puzzle, le lieu s’apparente à une carrière faite de blocs, en bas d’une montagne.

Peter Zumthor à travers de multiples jeux sensoriels propose une architecture de perceptions. Son travail se construit dit il autour « d’un évènement corporel ou physique » qui régit un bâtiment. Alors au-delà d’une idée, c’est une « image forte », une sensation qui s’impose. Dans les thermes de pierre, l’utilisateur est au centre d’un espace vivant utilisant la pierre et la lumière comme éléments sublimant l’eau.

Vue intérieure des thermes de pierre

Vue intérieure des thermes de pierre de Peter Zumthor – Image extraite du film de Richard Copans – Les thermes de pierre – arte vidéo – droits réservés

Pierre et eau.

«Afin que la pierre cajole le corps humain, il faut la chauffer de manière à ce qu’au toucher, elle semble chauffée par le soleil. Et il faut que la pierre conserve son aspect de matière, ne pas lui imposer trop de formes architectoniques et de visions sculpturales, mais plutôt la laisser massive et naturelle, afin qu’elle conserve sa présence de pierre et puisse exercer son effet sur notre corps. »

La pierre est omniprésente dans les thermes. Elle se nuance par les différents tons de gris qu’elle prend, créant un motif dense fait de couches superposées à l’image de sous sol terreux. On peut y percevoir d’une manière plus discrète sans doute, Wolfgang Laib avec ses monochromes de pollen ou bien ses pierres de lait  qui place la nature et ses matières organiques  là aussi au centre de son discours et de son œuvre.

A l’inverse du Modulor de Le Corbusier qui place les proportions de l’homme comme éléments majeurs dans la conception d’habitations, l’architecture est ici au dimension de la nature immense et majestueuse. Les corps sont engloutis par les parois de cinq mètres de hauteur, hors d’échelle humaine. La pierre submerge, se fait monumentale avec harmonie sans effrayer ni perdre le visiteur.

La quinzaine de modules-espaces proposent des alcôves ou se niche l’eau. Ainsi un espace au volume intime  accueille le baigneur avec de l’eau froide à 14 degrés, un autre avec de l’eau qui tourbillonne,  ou bien de l’eau salée comme de l’eau très chaude. L’eau et la pierre se rencontrent dans ces petits volumes confrontant le caractère massif et immobile de la pierre à la légèreté mobile de l’eau. Le baigneur se crée sa propre expérience de l’eau au gré de son parcours de bloc en bloc.

Lumière, eau, pierre - Image extraite du film de Richard Copans - Les thermes de pierre – arte vidéo – droits réservés

Lumière, eau, pierre, Les thermes de pierre de Peter Zumthor- Image extraite du film de Richard Copans – Les thermes de pierre – arte vidéo – droits réservés

Lumière et eau.

Aucun module ne se touche, laissant entre eux une arête de lumière. La lumière est filtrée et mesurée à travers ces lignes géométriques constituant la seule source lumineuse, les petites lampes orangées faisant plutôt office de lucioles guidant le baigneur.

Deux grands espaces se confrontent. L’un ouvert accueillant un bassin extérieur à la lumière du jour. L’autre clos, dans une semi obscurité. Les espaces de transitions entre chaque bassins s’accompagnent de jeux de clair-obscur, les silhouettes se dessinent en contre jour, les lignes deviennent sculpturales.

Dans les espaces plus intimes que sont les multiples petits bassins dans les alcôves, la lumière est bleue dans les bains froids, orangée dans les bains chauds. Les effets lumineux se placent au fond des bassins, tels des révélateurs de l’ eau. L’eau est ici transparente de mille et une façons.

La multitude de mise en scènes des trois matières que sont l’eau, la pierre et la lumière place le visiteur au cœur de sensations nouvelles. Il est repensé ici la baignade. De la même manière qu’Olafur Eliasson avec The weather project inscrit le spectateur dans un environnement sensoriel, c’est dans un monde total que rentre le visiteur des thermes. Il n’y a pas de portes  seulement un tunnel, seul accès pour y rentrer. Il n’y a pas non plus d’horloges accrochées au mur pour indiquer l’heure mais seulement des tiges de métal contenant une petite horloge de la taille d’une montre (concédé par l’architecte trois mois après l’ouverture). Chaque sens est en éveil.  Tout est propice au recueillement, à l’introspection, dans un espace hors du temps. De l’intime au sublime, il semble impossible de se baigner sans prendre conscience du lieu dans lequel on s’inscrit. L’architecture est ainsi responsable de nos sensations de bien être, de repos au même titre que l’eau de la source curative qui remplit ses fonds.

J.V

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :